Outillage horloger outils horlogerie montres Bergeon Horotec Beco outil réparation montre remontoir swiss kubik elma boxy beco

Aucun poste
 

Outils Horloger Bergeon outillage montre Remontoirs pour montres MTE Boxy Beco Elma Underwood Swiss Kubik
Conseils
Uhrmacherwerkzeug und Uhrenbeweger Shop Deutschland Kadloo S1 Swiss Kubik Underwood Uhrenbeweger Osterreich Uhrmacherwerkzeug ferramentas de relojoeiro Bergeon Watch winder movimentadores para relógios Boxy Beco MTE Elma Swiss Kubik
Watch repair tool shop and watch winder Kadloo Swiss Kubik S1 movimenti orologi Bergeon attrezzi attrezzo produzione commercializzazione macchine utensili orologiai orefici parti ricambio orologi
Uhrenwerkzeug - Uhrmacherwerkzeug schweiz swiss suisse Fornituras Relojero Bergeon Movimientos Pilas Baterías Herramientas Catalogos Correas de Reloj Restauracion

Conseils:

Qualité des outils / accessoires
Un sujet délicat. Le prix le plus élevé n’est pas toujours justifié, bien sûr, et mieux vaut prendre en compte la manière et la fréquence d’utilisation. Prenons par exemple un ouvre-boîtiers: Bergeon (société Suisse) fabrique des outils incontestablement parfaits, mais ses produits (modèle Jaxa ou l’ouvre-boîtier Rol.x) se situent dans une catégorie de prix destinée aux horlogers et aux collectionneurs professionnels. Le fonctionnement des nombreux modèles importés est en général identique ou comparable (sauf qu’ils sont beaucoup moins chers), mais ils diffèrent fortement au niveau de la qualité. Ces derniers temps apparaissent de plus en plus d’outils importés de Chine et d’une qualité plutôt médiocre. Certes, ils ouvrent également le boîtier d’une montre, mais leur durée de vie est limitée. Il est vrai que ces ouvre-boîtiers coûtent souvent nettement moins de 10 Euros, et au lieu d’inclure 12 mors, comme pour le modèle Jaxa, ils en comprennent en général plutôt 18. Nous vous conseillons néanmoins d’investir 5 Euros de plus pour un rapport qualité-prix nettement plus élevé, un ouvre-boîtier professionnel ou mieux encore, l’ouvre-boîtier Premium, disponible en exclusivité chez nous. Il sera extrêmement utile autant à l’horloger amateur qu’aux collectionneurs.


Fixer la montre de manière convenable – et la moitié du travail est fait                                       
Une montre ne se place pas dans un étau quelconque! Les forces qui règnent ici sont beaucoup trop élevées, certaines surfaces s’abîment facilement et le boîtier risque d’être endommagé. De plus, les boutons latéraux empêchent souvent une fixation sûre, les barrettes peuvent rompre etc. D’autre part, une "troisième main" est toujours nécessaire pour fixer la montre de manière sûre et pouvoir ainsi travailler des deux mains. Grâce aux outils spéciaux de fixation, fixer une montre de manière sûre et soigneuse devient un jeu d’enfant. Ils saisissent les formes irrégulières de la montre en toute sécurité et la maintiennent sans l’abîmer. On emploie un porte-mouvement , dont il existe divers modèles. En voici les types principaux: le porte-mouvement universel, doté dans la plupart des cas d’une matrice à trous réglable, et dans laquelle il est possible d’insérer quatre baguettes en acier, de telle manière que même les boîtiers de forme très irrégulière ou asymétrique (ronde, triangulaire, ovale, etc) peuvent être fixés en toute sécurité. L’envergure peut atteindre jusqu’à 60mm! Il suffit de placer la montre sur le porte-mouvement, d’introduire les broches acier dans les ouvertures suivantes de l’étau, et de resserrer ses mâchoires avec précaution. Le porte-mouvement se manie au choix soit à l’aide de la poignée en bois, soit encastré dans un mors. Le porte-mouvement bloc, ayant un principe de fonctionnement semblable, offre une possibilité supplémentaire. A la place de baguettes d’acier, il possède 4 mors en plastique, ce qui permet un maniement nettement plus soigneux du boîtier de montre, ce porte-mouvement s’encastre également dans un mors. Néanmoins, c’est un porte-mouvement en bois précieux qui fournit le travail le plus traditionnel et de meilleure qualité. Il s’agit ici de deux moitiés de bois reliées à un mécanisme réglable et dotées d’échancrures dans lesquelles la montre vient se loger. Ce modèle n’est certes pas extrêmement flexible, mais il offre sans aucun doute le logement le plus doux. L’étau-bloc et l’étau en bois précieux conviennent également comme porte-mouvements. Pour le logement de mouvements, il existe également des assortiments de porte-mouvements avec divers joints en plastique (adaptés à quasiment toutes les tailles de mouvement). Il existe, pour beaucoup de montres de luxe telles que les RLX, des porte-mouvements spéciaux.
Pour un travail professionnel avec le porte-mouvement bloc, je conseille en complément un mors à rotule permettant, grâce au mécanisme réglable, un basculement (et ainsi un changement de l’angle de vue). De cette manière, vous maîtrisez toutes les opérations.
                      

Ouvrir et fermer - généralités
Même le fait d’ouvrir ou de fermer le fond de la montre lors du changement des piles, du nettoyage ou du changement des joints s’avère souvent si peu aisé, que l’on préfère, dans la majorité des cas, s’adresser aux professionnels du commerce spécialisé (et coûteux). Grâce aux ouvre-boîtiers professionnels d’horloger et aux presses, ces opérations deviennent ultra-simples. Lors de l’utilisation d’ouvre-boîtiers, je conseille l’emploi d’un porte-mouvement afin que la montre reste vraiment fixe lors de l’ouverture.


Fond vissé
Un fond vissé se reconnaît aux moulures, aux échancrures, aux rainures, aux cannelures ainsi qu’aux faces extérieures, droites alors que le reste du fond du boîtier est rond, et qui permettent la prise des griffes ouvreuses (mors). Que l’on utilise un ouvre-boîtier professionnel, un ouvre-boîtier Premium (pour les montres RLX ainsi que pour quelques autres marques peu nombreuses, un ouvre-boîtier spécial) ou l’ouvre-boîtier universel, la technique est quasiment toujours la même. Dans un premier temps, on place l’ouvre-boîtier sur le fond du boîtier de manière à ce que les griffes ou les mors prennent exactement dans les moulures, les rainures ou les cannelures du fond. Ensuite, à l’aide de la molette et de la poignée, on serre les griffes de l’ouvre-boîtier jusqu’à ce que celui-ci soit fixé au fond du boîtier. A présent, tourner l’ouvre-boîtier avec précaution dans la direction opposée des aiguilles d’une montre jusqu’à ce que le couvercle se soit desserré – ne pas le dévisser entièrement ! Ensuite, desserrer le dispositif d’arrêt et retirer à la main l’ouvre-boîtier et le fond, ou mieux encore, le dévisser à l’aide d’un ouvre-boîtier ventouse. Si pour une raison quelconque, le joint du fond est abîmé, il faut absolument le remplacer par un JOINT NEUF (joint rond), afin de pouvoir garantir plus tard l’étanchéité. La fermeture s’effectue dans l’ordre inverse : d’abord, enduire le joint d’un peu de graisse silicone, puis le poser avec précaution, placer le couvercle sur le filetage et le visser à la main ou au moyen de l’ouvre-boîtier ventouse (dans la direction des aiguilles d’une montre), tout en évitant absolument de visser de travers! Le filetage, délicat, serait alors immédiatement abîmé et la montre au moins non étanche, mais dans la plupart des cas inutilisable. Ne replacer l’ouvre-boîtier et ne visser (avec grandes précautions!) le fond du boîtier que pour la dernière opération.

En outre: pour beaucoup de montres, un ouvre-boîtier Pocket suffit, il faut simplement que deux échancrures se trouvent directement en vis-à-vis, car un tel ouvre-boîtier ne fonctionne qu’avec deux mors (cet ouvre-boîtier ne fonctionne pas avec des boîtiers à faces extérieures droites ou à cannelures). En raison de sa forme compacte, ce modèle convient également à une utilisation „de voyage“.


Fond pressé / Fond clipsé

On reconnait un fond pressé (fond clipsé) à ce que l’intégralité des caractéristiques évoquées dans la rubrique „fond vissé“ sont absentes. Un fond pressé possède en général une légère encoche au niveau du boîtier ou du couvercle, auquel cas il est possible d’employer un couteau d’horloger comme levier. Le couteau ouvre-boîtier (ne pas utiliser de tournevis ou d’outils équivalents !) se place dans la petite encoche située, chez la plupart des montres, vis-à-vis des barrettes du bracelet. On introduit le couteau d’horloger par la pointe, c’est à dire par le côté aplati de la lame. Lors du soulèvement du fond par effet de levier, il convient de positionner le couteau de manière à ce qu’il s’appuie par exemple contre une barrette du bracelet. On peut désormais procéder à l’ouverture, en utilisant le couteau comme levier tout en le tournant sur son axe, jusqu’à ce que le couvercle soit éjecté. Il convient avec l’autre main, d’exercer un fort maintien, au cas où le porte-mouvement éventuellement employé ne serait pas fixé au poste de travail. Ici aussi, il faut contrôler le joint avant de refermer le boîtier. Un joint endommagé doit absolument être remplacé. Après la mise en place du joint, on referme le fond du boîtier en appuyant en même temps des deux pouces. En général, un boîtier bien refermé se reconnaît au clic. Chez beaucoup de montres, la force des pouces n’est pas suffisante, c’est pourquoi il est conseillé de d’employer une pince à presser les fonds, disponible en plusieurs modèles, comme par ex la presse pro à poussoir-levier.. Les diverses plaques de serrage en métal ou matière plastique comprises dans la livraison permettent un réglage par rapport aux dimensions de la montre, et évitent ainsi les rayures. Ces presses fixent la montre de manière sûre et referment par pression le couvercle de manière douce et uniforme. Certaines presses conviennent également au chassage des verres.

Qualité des couteaux d’horloger: il s’agit là d’un petit outil soumis à de grandes forces, c’est pourquoi il convient de ne pas économiser sur ce qui est important. Un couteau d’horloger de marque Victorinox offre un excellent rapport qualité prix. Les modèles bon marché sont en général de qualité relativement bonne, mais possèdent des lames nettement plus épaisses, ce qui limite leur utilisation.
Complément: il existe également des ouvre-boîtiers de très haute qualité pour fonds pressés (souvent des modèles sur pied), mais qui sont également plus chers.              



Raccourcissement des bracelets en métal
Il convient en premier lieu de vérifier la fixation du bracelet. Les méthodes les plus fréquentes emploient des vis ou des goupilles. Les goupilles se déchassent facilement à l’aide de l’un des nombreux chasse-goupilles proposés ici. Il s’agit cependant uniquement de goupilles très faciles à chasser (autrement vous détruirez l’outil) – pour les goupilles fixes, il est absolument nécessaire d’employer un pointeau chasse-goupilles ainsi qu’un marteau d’horloger (ces deux outils sont en général si simples d’utilisation qu’une description est inutile). Les pinces et machines à raccourcir les bracelets représentent une méthode semi-professionnelle de raccourcissement des bracelets. La machine à raccourcir les bracelets offre des possibilités d’emploi perfectionnées grâce à un mécanisme de commande précis des pointeaux chasse-goupilles. Sont fournis avec cette machine 6 pointeaux chasse-goupilles ainsi qu’un tournevis. 

Remarque quant à l’utilisation: sur beaucoup de bracelets, le sens dans lequel il convient de chasser les goupilles est indiqué par une petite flèche. Pour les bracelets vissés, sont tout d’abord nécessaires des tournevis d’horloger, le reste se comprend par lui-même. Ne pas utiliser de tournevis de précision, car ceux-ci sont en général beaucoup trop gros et pourraient abîmer la vis et le bracelet !
Particularités relatives aux pointeaux chasse-goupilles: il en existe de différentes largeurs, en général 0,6 – 0,8 et 1,0 mm. Il est important de toujours prendre celui ayant le bon diamètre. Particularités relatives aux marteaux d’horlogers: les marteaux à une face synthétique et une face métal conviennent particulièrement pour ce genre d’opérations.
Pièces de rechange: en raison de la force exercée lors du chassage des goupilles, il convient, de temps à autre, de remplacer ces outils. Le set de pointeaux chasse-goupilles permet de commander toutes les pièces, ceci s’applique aussi aux 6 chasse-goupilles (poinçons) de la machine à raccourcir les bracelets. Il existe également des embouts de rechange pour certains des pointeaux chasse-goupilles.

                                    
Pose / Dépose d’un bracelet
Ceux qui ont déjà tenté de changer un bracelet apprécieront l’utilité d’un pointeau de pose et dépose des barrettes à ressort. Plus de triturage, pas de rayures sur le boîtier – nos pointeaux permettent une pose et une dépose en toute simplicité des barrettes à ressorts pour bracelets en cuir, en tissu, en plastique, ainsi que pour beaucoup de bracelets en métal. Certains bracelets en métal possèdent des barrettes à ressorts intégrées aux entrecornes et particulièrement difficiles à démonter. Dans ce cas, afin d’éviter de rayer ou d’abîmer la montre, il vaut mieux s’adresser à un horloger. De plus, les bracelets en métal ne s’usent quasiment pas et sont souvent partie intégrante de la montre, de sorte que le boîtier et le bracelet restent fixés à vie. Ce n’est pas le cas des bracelets en cuir, en tissu ou en plastique. Ceux-ci s’usent plus rapidement, sont souvent des phénomènes de mode et s’abîment plus vite que les bracelets en métal. Par contre, grâce à l’emploi d’un pointeau de pose et de dépose, il est très facile de les changer. Pour ce faire, il suffit d’introduire l’extrémité du pointeau en forme de fourche dans l’interstice entre le bracelet et la corne jusqu’à avoir saisi, à l’aide de la fourche, la partie fine et amovible de la barrette à ressort (baguette de fixation). Ensuite, à l’aide du pointeau, on presse la barrette à ressort jusqu’à ce que la baguette de fixation soit éjectée hors de l’entrecorne. La barrette à ressort se retire alors du côté opposé. Après avoir retiré la deuxième barrette à ressort suivant le même procédé, on change le bracelet. Lors de la pose du bracelet, la partie qui comporte la boucle se pose à l’extrémité supérieure (12h). Le montage est relativement simple. Passer la barrette à ressort à travers le bracelet et placer sa baguette de fixation dans la corne sur un côté. Ensuite, à l’aide de la fourche du pointeau, enfoncer la baguette de fixation opposée dans la barrette à ressort de manière à ce qu’elle s’engage dans la corne. Après avoir reposé le pointeau, à l’aide du ressort (de la barrette à ressort), enfoncer entièrement la baguette de fixation dans la corne. La barrette à ressort est désormais fixée à la montre.

Particularités relatives aux pointeaux: chez certaines montres comme par exemple Rol.x, les barrettes à ressort se retirent par une ouverture située sur le côté du boîtier. Le pointeau Premium de pose et de dépose, doté non d’une fourche, mais d’un instrument pointu d’extraction par pression, convient particulièrement à cette opération.
Particularités relatives aux barrettes à ressort: il existe divers modèles de barrettes à ressort, avec ou sans embout, plus ou moins épaisses ou fines, droites ou courbées (pour les courbées, une pince à courber est nécessaire), pour ne citer que quelques-unes des caractéristiques. Si possible, utilisez le même genre de barrettes à ressort que celle que vous venez de retirer. Plusieurs barrettes à ressorts sont disponibles dans cette boutique en ligne. 


Maîtrisez chaque opération
Pour les collectionneurs une évidence: beaucoup d’opérations nécessitent l’emploi d’une loupe d’horloger. Pour les opérations de nettoyage, tout comme pour le changement des piles, une pile à grossissement 2,5 est idéale (il est conseillé d’éviter les grossissements extrêmement forts, qui ne servent à rien). Pour les opérations sur le mécanisme ou le dispositif électronique, un set de loupes est nécessaire, comprenant 3 à 4 grossissements de 2,5 à 7,5 ou 10. Pour une loupe de contrôle, un grossissement de 12 - 15 convient parfaitement. Une autre manière très confortable de travailler sur une montre, est d’employer une loupe à serre-tête (loupe binoculaire), cependant moins flexible d’utilisation qu’un set de loupes. Il existe de plus des loupes spéciales pour porteurs de lunettes. Ceux-ci se fixent aux lunettes au moyen de leur pince, de telle manière que la vision profite quand même d’une correction. Il est également possible, pour les porteurs de lunettes, d’employer une loupe serre-tête.

Remarque: les vrais horlogers amateurs et professionnels utilisent les loupes de la marque Sternkreuz.

          
Changer les piles, c’est tout simple
Lorsqu’un mouvement moderne s’arrête, il s’agit rarement d’une panne, mais presque toujours d’une pile à plat. Beaucoup de montres modernes, surtout les digitales, possèdent un témoin signalisant qu’un changement de pile est nécessaire. Nombre de montres fonctionnent également sur un accumulateur d’énergie intégré à la montre et ayant pour seul but de remplacer la pile le temps du changement. Cet accumulateur d’énergie se nomme alors par exemple photopile ou remontoir à gravité, ne nécessite aucun entretien ni de pile neuve. Pour les montres à piles de grande taille telles que des piles mono, baby, mignon ou micro, le changement des piles est dans la plupart des cas très simple, car elles sont en général parfaitement accessibles de l’extérieur. Il suffit au maximum d’ouvrir le compartiment pour pile et de l’y loger en respectant les pôles ! Conseil relatif au type des piles: n’employer que des piles alcalines de qualité supérieure, même si l’offre spéciale du supermarché est tentante ! Une seule pile ayant fui peut endommager le mécanisme de manière irréparable! Les piles alcalines des marques Varta, Philips, Panasonic, Sanyo, Duracell, Energizer, Sony, Maxell et autres ne fuient (quasiment) jamais, durent très longtemps et, contrairement aux autres piles, protègent l’environnement. Des batteries rechargeables sont ici superflues, car elles ne conviennent, principalement en raison de leur tension d’élément d’uniquement 1,2 V, pas toujours aux montres. Normalement, une pile alcaline a une durée de vie de 1 à 2 ans, ce qui signifie un fonctionnement particulièrement économique. Les montres-bracelets, ainsi que les systèmes d’horloge des organiseurs et des calculatrices, fonctionnent presque exclusivement sur piles rondes échangeables et d’une durée de vie de 1 à 5 ans. Peu de types de montres fonctionnent sur piles lithium, à durée de vie particulièrement longue (jusqu’à 10 ans), et qui ne se changent donc quasiment jamais. Ces piles sont souvent intégrées au mécanisme de la montre ou au système électronique des calculatrices, et ne peuvent donc pas être changées. Il convient alors de se débarrasser de ces appareils de la même manière que des piles:
Réglementation relative aux piles :
Conformément au décret du gouvernement allemand, les piles, batteries et appareils à accumulateurs d’énergie intégrés ne doivent pas être jetés aux ordures ménagères, mais sont à ramener dans le commerce, qui a pour obligation de collecter les piles usagées, ou au point de collecte local des déchets.

Changement des piles rondes
Pour le changement de piles rondes, il n’est pas forcément nécessaire de faire appel à un horloger, à moins qu’il n’offre ce service gratuitement pour l’achat d’une pile ronde. Autrement, l’achat plus le changement par soi-même d’une pile ronde revient moins cher , surtout si l’on change plusieurs piles à la fois, par exemple pour les montres de la famille ou des amis. A ce moment-là, l’achat d’outils spéciaux pour ouvrir et fermer les boîtiers de montres devient particulièrement intéressant. Dans tous les cas, il est nécessaire de disposer d’un tournevis d’horloger afin de dévisser correctement les minuscules vis qui bloquent les ressorts de support pour la pile ronde. Comment ouvrir et fermer la montre est décrit plus haut. Selon la forme du logement de la pile, il est possible de retirer la pile ronde au simple moyen d’une vis ou d’une brucelle (absolument en matière plastique) que l’on utilise comme levier, ou en desserrant la fixation. Avant de procéder à sa première pose de pile, il est conseillé d’observer exactement l’intérieur de la montre et éventuellement de prendre des notes sur les ressorts de support, les feuilles recouvrantes etc. Pour savoir quel type de pile est nécessaire, on peut consulter le mode d’emploi, si, par chance, on l’a encore. Si l’on ne dispose plus du mode d’emploi, il ne reste plus qu’à ouvrir la montre et à lire l’inscription sur la pile. Il n’est pas forcément nécessaire d’utiliser exactement le même type de pile un tableau comparatif donne les types de piles équivalentes. La seule différence, et qui ne pose pas le moindre problème, c’est que ces batteries de type équivalent peuvent avoir une capacité moindre ou plus grande que la pile originale. En outre il convient ici aussi de préférer les piles de marque, ou de lire la garantie, afin d’éviter d’employer une pile qui fuit.


Nettoyage et entretien
Un sujet très apprécié de nombre de collectionneurs de montres. Un équipement de base comporte dans tous les cas: une brosse d’horloger (antistatique), un soufflet pour mécanisme de montre, un kit de joints, de la graisse silicone, des gants en coton, un chiffon de bijoutier, du cuir, de la pâte à polir ainsi que de la gomme de nettoyage Rodico. Il est bien sûr possible d’élargir ce petit assortiment de nombreuses petites pièces. Les pros disposent en outre d’huiliers et d’outillage pour huilier, d’un nettoyeur UV et d’un appareil de polissage et d’affûtage.


Tests et contrôles
Il existe ici une grande variété d’outils et d’appareils très techniques. Dans la pratique, on utilise surtout un appareil de contrôle d’étanchéité. Celui-ci est indispensable pour les montres étanches, en particulier pour les montres de plongée. Il existe toutes sortes d’appareils, différents au niveau technique. 2 sortes conviennent, en raison de leur prix modéré, également aux collectionneurs et aux horlogers amateurs, bien que l’appareil de contrôle Bergeon, d’un prix de plus de 500 Euros, atteint certainement la limite. Le fonctionnement de ce modèle est relativement semblable aux reproductions meilleur marché. On remplit un récipient en partie avec de l’eau, le reste avec de l’air, la montre est suspendue sous le couvercle. Après avoir fermé le récipient, celui-ci est soumis à la pression, puis la montre est plongée dans l’eau au moyen d’un mécanisme réglable. Si des bulles d’air apparaissent, cela signifie que la montre n’est pas étanche.

 

 

 

Uhrenbeweger watch winder Test Forum Kadloo Elma selber bauen Motor Reparatur
MTE Remontoir Uhrenbeweger Remonteur watch winder